Exploitation illicite de cuivre et de cobalt par les creuseurs artisanaux dans la concession de Musonoïe Mining : Un Véritable casse-tête !

ACTUALITÉ Economie

Située à quelques mètres de la ville de Kolwezi dans la province du Lualaba, la société minière Musonoïe fait face à un sérieux problème de sécurité suite à l’exploitation illicite de cuivre et de cobalt par les creuseurs artisanaux dans sa mine. Pour cause, elle est entourée de nombreuses communautés qui pour la majorité n’ont pas d’emploi et s’adonnent aux activités illégales dans l’enclos de cette société minière chinoise. Ceci, démontre clairement que l’état Congolais ne protège nullement les sociétés minières appartenant aux chinois.

De nombreux autochtones ramassent et volent des minerais en détruisant le mur de leur concession , parfois, ils brûlent même les véhicules jusqu’à tabasser à mort les éléments commis à la sécurité de ladite société minière.

 » C’est depuis longtemps que notre concession est souvent exposée aux attaques illégales des creuseurs artisanaux, ce qui entraînent non seulement des blessures des employés et des gardes mais aussi des pertes importantes des équipements et des installations de production.  » a dit un agent de Musonoïe.

Autres choses, c’est la construction anarchique des maisons de fortunes dans ce site minier par lesdits creuseurs artisanaux dans l’optique d’être délocalisé et indemnisé par Musonoïe Mining, une pratique devenue monnaie courante…

 » Nous assistons impuissamment à une installations massive d’une multitude de personnes qui construisent des habitations, des écoles et des églises dans notre concession sans aucune autorisation des autorités compétentes et ce, avec intention frauduleuse dans le but d’une délocalisation éventuelle, nous sommes contraint de faire face à des grandes difficultés financières découlant de celle-ci.  » a t-il indiqué.

En terme d’ actionnariat, Zijing Mining group détient 72% de parts alors que 28% revient à la Gecamine. Avec une production annuelle de 120.000 tonnes de cuivre et 1500 tonnes de cobalt.

F. Kamanda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *