Haut-Katanga : Ruashi Mining,un modèle de succès dans l’exploitation du cuivre et du cobalt

ACTUALITÉ Economie

Ce Mardi 14 septembre, la délégation de journaliste venue de Kinshasa sur invitation de l’Union des Sociétés Minières aux Capitaux chinois en République Démocratique du Congo,USMCC en signe, dans le Haut-Katanga et le Lualaba, a effectué sa première visite guidée à la société Ruashi Mining située à Lubumbashi.

Cette visite a pour optique, d’investiguer sur les allégations faites par le journaliste Alain Foka au sujet de l’exploitation  » illicite  » des sociétés minières chinoises dans l’Est de la RDC.

Tout à commencer par une brève présentation du comité de gestion de Ruashi Mining et celle de journalistes de Kinshasa.

Prenant la parole,Patrick Tshisang ,Directeur de production de ladite société , a expliqué en quelques lignes le modus operendi de Ruashi Mining. Selon lui, il y a deux actionnaires principales dont Metorex (75% ) et Gecamine ( 25 % ) et elle produit plus ou moins 3000 tonnes le mois soit 36 000 tonnes par An le cuivre et 10.000 tonnes le mois pour le cobalt.
 »
L’usine est constituée de deux concasseur,
d’un broyeur semi-autogène (SAG) et de
cinq broyeurs à boulets
– 2008 la phase II du projet a commencé
(Production de cuivre cathodique et de
sels cobalt – carbonate de cobalt)  » a t-il expliqué, en affirmant que Ruashi Mining a réalisé plusieurs projets dont la construction des écoles,des hôpitaux,des centres de formations,Réservoir d’eau de 800m³ et en cultivant plus de 625 hectares de Maïs à Kipushi (moyen de subsistance pour 500 familles) pour un Coût de 24million$.

De son côté, Madame Elise Kalasa a dit tout haut que les relations entre employeurs et employés sont au beau fixe.

En ce qui concerne la révision du code minier, ça fait deux ans depuis que la société Ruashi Mining a élaboré son cahier de charges, qui a été signé par la communauté et n’attend que l’avis favorable du gouvernement provincial du Haut-Katanga afin qu’elle puisse mettre en pratique les besoins sociaux de la communauté environnante.

Curieusement,l’équipe technique de suivi mise en place par le gouvernement provincial du Haut-Katanga exige à Ruashi Mining de refaire son cahier de charges. Et pourtant ledit cahier a identifié les besoins sociaux que la communauté elle-même leur avait présentés.

F. Kamanda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *