17 mai 1997-17 mai 2021 : 24 ans après M’zée Laurent Désiré Kabila marchait sur Kinshasa

ACTUALITÉ POLITIQUE

De la journée de Libération à la journée consacrée aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo, les congolais se souviennent de cette date qui a mis fin à la dictature sanguinaire de plus de 32 ans.
24 ans après, qu’est ce qui reste des acquis de la révolution menée par le Soldat du peuple, M’zée Laurent Désiré Kabila, s’interrogent le commun des mortels.
En ce lundi 17 mais, Marie Olive Lembe Kabila en compagnie des compagnons de la révolution de M’zée Laurent Désiré Kabila s’apprêtent à commémorer à la cathédrale Notre Dame de Lingwala la marche de la libération.
L’officiant du jour, Monsieur l’abbé curé Jean Paul Lwanga a prêché sur la paix suivant l’évangile de Saint Jean 14: 27-31.
Elle est la caractéristique des fruits de l’esprit Saint ; un don gratuit de Dieu et du Christ.
Cette paix que le Christ a donné a ses disciples n’est pas comme celle que l’humanité cherche ou comme le monde la donné.
Du moins, elle est possible si la personne est capable de la cultiver ou la produire.
A l’occasion, les compagnons de M’zée Laurent Désiré Kabila représentés par Raphaël Ngenda à travers son message sous le thème : *la paix se gagne, une conquête permanente pour l’unité et la solidarité en RDC a rappelé l’historique avancée de M’zée et la conquête du pouvoir en ce 17 mai décrété journée nationale de la révolution et des FARDC en ce que cette journée aux résonnances féériques est chargée des faits d’armes, de souvenirs tenaces, d’un passé glorieux de par les évènements mémorables.
Dans la même logique, Raphaël Ngenda a rappelé l’assassinat tragique le 16 janvier 2001, en plein exercice de ses fonctions. Malgré sa disparition, a-t-il souligné, M’zée a légué un trésor idéologique important aux congolais :  » *Ne jamais trahir le Congo, prenez vous en charge* « .
En outre, il a rappelé le sacrifice consentit par M’zée avec le changement et l’innovation qui étaient caractérisés aussi par la campagne de l’éveil patriotique qui avait fait paraître un changement instantané de mentalités du peuple congolais.
Avec la création du service national, et réservés stratégiques, des cantines populaires le secteur Agro-pastoral devrait être dopé au point d’assurer rapidement une autosuffisance alimentaire voire sécurité alimentaire.
Par ailleurs, le service national et les réserves stratégiques considéré comme centres de formation et de renforcement des capacités patriotiques devaient également contribuer à une mutation culturelle indispensable à notre société jusqu’à ces jours.
Il en va de même de rappeler l’objectif ultime de la lutte déclenchée par les Nationalistes lumumbistes avait pour objectif la prise du pouvoir d’état et la redémocratisation de celui-ci.
Hélas, tous ces projets seront anéantis avec l’élimination physique du Président de la République par les puissances étrangères bien connues avec la complicité de leurs agents locaux à l’instar de l’assassinat de Patrice Emery Lumumba peu après l’indépendance de la République Démocratique du Congo.
Avec le régime démocratique instauré en République Démocratique du Congo depuis 2006, les nationalistes progressistes estiment que l’objectif fixé par eux était atteint car, il procède de la philosophie politique d’auto-prise en charge où le peuple assume directement les responsabilités du pouvoir d’état par les élections.
S’agissant du pouvoir en place, les Nationalistes lumumbistes progressistes considèrent d’abord que le régime dictatorial a vécu depuis le 17 mai 1997. Aujourd’hui avec un régime démocratique d’abord en gestation sous le leadership de Joseph Kabila Kabange, il l’a livré clé en main aux congolais et chaque courant politique devrait recadrer ses stratégies en terme de nationalisme et patriotisme. Ce qui demeure pour eux plus que jamais d’actualité. C’est cette vertu qui doit habiter tous les congolais pour faire face de manière plus conséquente aux multiples périls qui ne cessent de se manifester cruellement à l’Est de la République Démocratique du Congo.
Pour clore son propos, Raphaël Ngenda a à cet effet rappelé à tous que le bon sens doit nous conduire à soutenir ensemble nos vaillantes Forces Armées de la République Démocratique du Congo et le leadership au pouvoir pour l’encourager à rétablir la paix à l’Est de la mère Patrie.
*Pius Romain Rolland*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *