Déchu par 13 députés provinciaux corrompus, les réalisations de Zoé Kabila créent de jaloux

ACTUALITÉ National

Il fallait coûte que coûte en finir avec Zoé Kabila Mwanzambala dans le Tanganyika, du fait de son refus d’adhérer à la nébuleuse vision sans vision de l’Union sacrée, mise en place par Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi.

Ce refus dans une sphère démocratique sollicite aux uns et aux autres la tolérance de la liberté d’esprit et de pensée.
Malheureusement, depuis la création de cette nébuleuse vision, la chasse à la sorcière a débuté dans la sphère politique dans le but de créer une société à la pensée unique de triste mémoire.

Beaucoup des sénateurs, des députés nationaux et provinciaux ont adhéré à cette nouvelle famille politique par crainte de poursuite judiciaire, tout comme pour préserver v leurs intérêts égoïstes.
Dans la logique de chose, le cœur n’y pas à l’Union sacrée.
Dans la territoriale, l’acharnement s’est poursuivi au point de créer le dysfonctionnement de la gestion administrative, le cas de Lualaba où le Gouverneur Richard Muyej Mangez Mans est retenu à Kinshasa pour des raisons propres de ceux qui ont mis la machine de déstabiliser la sphère politique.
La dernière chasse à la sorcière est celle contre Zoé Kabila Mwanzambala, Gouverneur de la Province de Tanganyika.
Baptisé Gouverneur Bâtisseur, Zoé Kabila a transformé sa juridiction en deux années de sa gestion ( 01 avril 2019- 06 mai 2021) devenue l’Eldorado qui attire investisseur et touriste.
Sa gestion a suscité de la convoitise maléfique, de la médiocrité, de la jalousie par les incompétences jouisseurs et la mauvaise foi de l’Union sacrée qui ont pris le dessus sur les réalisations palpables du jeune frère de Joseph Kabila.

Par une motion nauséabonde et alimentaire signée par 13 déshonorables députés provinciaux corrompus concoctée derrière le dos de Zoé Kabila invité et retenu à Kinshasa, ces élus provinciaux qui ont vendu leurs consciences au diable l’ont déchu en violation de toutes procédures y afférentes.

La Constitution de la République garantit à tout citoyen le droit de la défense.
Curieux que cela puisse paraître, un Gouverneur mis en cause, dans le cas d’espèce a droit à la défense, de répondre aux griefs lui reprochés.

Malheureusement, avec les députés nationaux membres de l’Union sacrée de Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, la violence prime sur toutes considérations juridiques à tel enseigne que les députés provinciaux membres du Front Commun pour le Congo ont été empêchés d’accéder au sein de la salle de plénière, comme le fut lors de la destitution du Président de l’Assemblée provinciale de Tanganyika.

Aux yeux de la communauté nationale, la gouvernance de l’actuel Chef de l’Etat frise les consciences humaines et divise les sensibilités humaines.

Pour établir la justice et l’équité, le Chef de l’Etat qui a invité le Gouverneur Zoé Kabila à Kinshasa ne doit pas rester indifférent face à cette parodie de déchéance étant donné que l’incriminé n’a pas présenté ses moyens de défense indépendamment de sa volonté.

*Pius Romain Rolland*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *