Descente aux enfers de la RDC : Le régime Tshisekedi a tout détruit !

ACTUALITÉ POLITIQUE

Quand il prît le pouvoir en date du 24 janvier 2019, Félix Tshisekedi hérita un Pays fort, Unis et plein d’avenir dont les indicateurs macroéconomiques furent dans le vert, avec une réserve en devise étrangère équivalente à un milliards cinq cents millions de dollars américains.
À l’époque de Joseph Kabila, le pays avait enregistré une croissance économique de 4,2%, une bonne performance comparé au taux de croissance négatif de 2,1% lors de son accession à la magistrature suprême en 2001. Les 18 ans de la présidence de Joseph Kabila ont été notamment marqués par une stabilité relative sur le marché des biens et des services et une amélioration du taux de change, contrairement à la gestion calamiteuse du pays par Félix Tshisekedi, qui n’a pas su stabiliser le cadre macroéconomique. Aujourd’hui, la dépréciation de la monnaie locale face à la devise étrangère, la hausse de prix de denrées alimentaires, la diminution de réserves en devise étrangère à 500 millions de dollars américains… Sont des indicateurs qui démontrent clairement que Félix Tshisekedi gère a détrui les tissus économiques du pays.

Sur le plan politique, toutes les institutions sont capitalisées par le régime actuel…

Sur le plan sécuritaire, l’insécurité est grandissante dans la partie Est de la RDC. Les groupes armés se sont multipliés davantage à Beni, Ituri , rutshuru et autres… cette partie du pays est devenue invivable.

Sur le plan diplomatique, la RDC ressemble à une jungle dont un ambassadeur accrédité en République Démocratique du Congo peut intimer de l’ordre aux autorités du pays, à l’exemple de l’ambassadeur américain Mike Hummer qui se comporte comme un Vice-président de la république au vu de tout le monde. Pour ne citer que celà !

Contrairement à ce qui se dit, la justice Congolaise est inéquitable et manipulée par les hommes forts du régime Tshisekedi. le fameux État de droits n’est qu’un slogan creux.

Affaire à suivre !

Presse Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *