Assemblée provinciale du Sankuru : JUSTIN OMOKALA, LES MASQUES SONT TOMBÉS

POLITIQUE

C’est non sans surprise que l’opinion nationale a découvert samedi sur les réseaux sociaux une plainte adressée au procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe par Me. Jules Kabulo,agissant au nom de son client Michel Djamba Élodi pour faux en écriture et usage de faux visant monsieur Justin Omokala, député provincial du Sankuru, élu du territoire de Lodja dont les frasques n’étonnent plus personne.

Dans sa plainte, Me Kabulu reproche à Omokala l’usage d’un faux Diplôme de « Boston university » contenu dans son dossier de candidature à la députation provinciale de Lodja déposé en Juillet 2018 à la Commission électorale nationale indépendante(CENI). On rappelle qu’Omokala n’a même pas un diplôme d’Etat et ne parle aucun mot d’Anglais. Dire qu’il a obtenu un Master à Boston University au cours d’un voyage hasardeux de trois semaines aux USA est une insulte pour l’intelligence des nombreux Congolais qui sacrifient une partie de leur vie pour accumuler connaissances et recherches afin d’obtenir un diplôme universitaire observe t-on. Le pire, regrette le plaignant Michel Djambelodi est que : « Le bon à rien et mauvais à tout, Omokala a menti à la CENI qu’il a été assistant parlementaire du député national Lambert Mende ; qu’il a été chargé de l’intendance de l’Université des Sciences et Technologies de Lodja et Chef de bureau chargé des réglementations des textes légaux et réglementaires du Secrétariat général. Un tissu de mensonges qui, mis en musique, a fait qu’Omokala gagne en crédibilité pendant la campagne électorale de 2018 en ma défaveur jusqu’à rafler le siège de député provincial sans en avoir aucun mérite .»

L’on serait tenté de croire qu’il n’y a que les études qui n’ont pas réussi à Justin Omokala. Visiblement, sa politique et même la trahison nauséabonde contre sa propre famille biologique ne réussissent pas du tout à ce demi lettré devenu l’homme à tout faire et chantre de sieur Joseph Stéphane Mukumadi, gouverneur de la province du Sankuru. Un soutien non sans intérêt immédiat à Mukumadi dont il a été un farouche détracteur s’explique en effet, par le fait pour lui, après avoir réussi à extorquer la province du Sankuru d’une somme importante au bout d’une procédure judiciaire biaisée qui a dû vider les comptes bancaires de la province, Omokala devenait au Sankuru l’ennemi public N°1 dans une rocambolesque affaire d’installation des poteaux et matériels d’ éclairage public dans plusieurs territoires du Sankuru. Craignant des poursuites judiciaires des autorités du Sankuru, Omokala a dû se résoudre à soutenir Mukumadi dans la crise qui l’opposait à l’Assemblée provinciale du Sankuru. Crise du reste résorbée depuis deux semaines à l’issue de l’implication personnelle du Haut Représentant du Chef de l’Etat, Kitenge Yezu.

Champion en manipulation et en victimisation, Omokala répand depuis le week-end des messages alarmistes attirant sur lui l’attention voire la compassion . Il dit être victime d’officines dangereuses qui lui reprocheraient de soutenir le président de la République Felix Tshisekedi au sein de l’ « Union Sacrée de la Nation ». Il va jusqu’à prétendre qu’on voudrait attenter à sa vie et celle de sa famille. Une véritable farce car, on sait que « République en Avant »,parti politique cher à la sénatrice Francine Muyumba dont Omokala est député provincial est resté au Front commun pour le Congo(FCC) de l’ancien président de la République, Joseph Kabila qui a choisi de faire l’opposition contre Fatshi.

Réfugié derrière ses immunités parlementaires, d’autres accusations pendantes et non de moindre pèsent sur Omokala dans différentes juridictions du pays notamment pour assassinat, escroquerie, association des malfaiteurs etc. La dame Otshumba de l’OFIDA, les hommes d’affaires du Sankuru à l’instar du Colonnel Fini Lokoto, Aplo Welo, Félix Opoto ont été les pigeons et les victimes , à un moment où à un autre, des arnaques de sieur Omokola. L’on s’étonne de savoir en quelle qualité Omokala voudrait se prévaloir pour un modèle de la jeunesse Sankuroise avec une « pseudo révolution » dont il s’autoproclame initiateur? Probité morale, honnêteté intellectuelle, ou bien champion en escroquerie et coups bas en tout genre? Les mots grèvent parfois !

Recueilli depuis l’âge de 9 ans par le leader Sankurois et initiateur de la « Convention des Congolais Unis, CCU », le député national Lambert Mende, Omokala s’est toujours rebellé contre l’école et s’est distingué depuis son entrée en politique en trafic d’influence au nom de son tuteur pour mentir et extorquer. Il a travaillé sournoisement contre les intérêts de la CCU et ne cache pas à qui veut l’entendre ses intentions de vouloir la tête de Mende pour prendre sa place. Un pari perdu d’avance quand on sait le niveau intellectuel, la vanité maladive, la maladresse chronique et l’amateurisme politique d’Omokala qui ne résiste jamais à se vendre contre espèces sonnantes.
On se rappelle du rôle catalyseur joué par Omokala en 2019, remuant ciel et terre pour susciter un sentiment de méfiance de la population du territoire de Lusambo contre la CCU à la veille des élections de gouverneur et vice-gouverneur, auxquelles prenait part l’honorable Lambert Mende contre Mukumadi. Il s’en est suivi mort d’hommes parmi les jeunes de Lusambo qui voulaient faire payer à Omokala sa trahison contre la CCU. Jusqu’ à ce jour, les hommes des mains qui agissaient sous les ordres d’Omokala dans ces actes de barbarie à Lusambo sont en prison. Des actes des turpitudes d’Omokala sont nombreux et il serait répugnant de les rappeler tous ici.

Menteur et manipulateur patenté, Omokala, « Djele » en Otetela(abruti ou écervelé) pour reprendre le mot J.C Okoto qui ne s’est pas gêné de parler de lui ainsi lors d’un retrait de deuil à Kinshasa, il y a un mois, dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, parcourt les salons politiques des proches du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, à l’initiative de ses maîtres à penser, pour fouler aux pieds le nom de son tuteur Lambert Mende pour des intérêts politiquement motivés.
Ne méritant ni honorabilité, ni respect et fonçant à petit feu dans des folles gesticulations erratiques, Omokala multiplié jérémiades et fausses accusations pour échapper à la justice.
A.M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *