Traîtrise au FCC: Pius Muabilu démasqué !

ACTUALITÉ POLITIQUE

On le savait traître, le voilà qui se dévoile au grand jour. C’est officiel, Pius Muabilu a traversé avec armes et bagages. Celui qui se réclamait « ultra Kabiliste » dans un passé récent n’a pas attendu longtemps pour trahir. Pathétique.

Maître opportuniste, doublé d’un matérialisme éhonté, l’ancien fédéral PPRD Mont – Amba devenu président du CNC, parti dont la création et le fonctionnement sont entièrement financés par Joseph Kabila, Pius Muabilu, faisait les pieds de grue à Félix Tshisekedi depuis bien longtemps, sans doute au nom de la Kasaïenité. Démasqué, il avait nié plusieurs fois, jusqu’à juré sur la tête de ses enfants au cours d’une réunion du FCC.

Kabiliste par opportunisme

De Mobutu aux Kabila, père et fils, Pius Muabilu a roulé pour chaque régime. Dans certains milieux, ils n’hésitaient même pas à se faire passer pour un « Katangais » pour peu qu’il atteigne son objectif. Nourri aux mamelles des Kabila, le voilà qui les remercie en monnaie de singe.

Tenez, ce promoteur d’une entreprise de presse boiteuse dont les agents déjà sous – payés, croupissent dans un impaiement scandaleux s’affiche désormais en soutien de Tshisekedi. Il a été le seul ministre FCC à participer ce mercredi à la cérémonie de prestation de serment des juges contestés de la Cour Constitutionnelle. Ainsi, M. Muabilu défie à ciel ouvert sa famille politique faisant comme Justin Bitakwira en son temps avec Kamerhe, « Si ma tête dérange, qu’ils me chassent ».

Mais tout ce qui lui manque, c’est le courage de partir par la grande porte comme deux ou trois autres Kasaïens l’ont fait. L’homme dont le cabinet politique est composé à 99% des membres de sa famille a justement peur de perdre les avantages qu’il tire encore au nom du clan Kabila.

« Il vient de compromettre sa carrière, c’est sûr qu’il perdra son poste au prochain remaniement », explique un observateur de la scène politique congolaise.

A force de vouloir tout gagner, on peut tout perdre. C’est le cas de Pius qui risque de se retrouver dans la situation de Bahati, ajoute notre source.

La présence du leader du CNC passe aussi très mal au sein de son propre parti. Contrairement aux habitudes, aucun militant ne s’est présenté au palais du peuple pour le soutenir. Une réunion de crise est même en envisagée par les sociétaires du regroupement politique AA/a dont il est président.

« Il risque gros, confie une source bien introduite qui précise que la taupe n’était plus associée aux réunions stratégiques du front Kabiliste.

Sur le plan de la moralité politique, ce ressortissant Songye a le malheur d’être instable. Le nouvel iconoclaste de Limete se trouve être le même qui avait copieusement insulté l’actuel président d’avoir menti sur son controversé diplôme belge. Sans idéal politique, celui qui se revendiquait Mzeeïste uniquement en présence de Jaynet Kabila est tout sauf vrai. Il cherche à sucer Tshisekedi avant de sauter sur le prochain, malheureusement pour ce policier ventriote, la sanction risque d’être sévère tant au sein de son minuscule parti que dans l’opinion.

Par Sabina Kembo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *