Réformes électorales : « Les instances dirigeantes du Front Commun pour le Congo n’ont pas levé une option. Les opinions des uns et des autres autres n’engagent que leurs auteurs » a dit Nehemie Mwilanya

ACTUALITÉ POLITIQUE

La proposition faite par le député national du Front Commun pour le Congo, Ngoy Kasanji au sujet du suffrage indirect pour l’élection présidentielle ne cesse d’alimenter le débat dans le microcosme politique. Même dans son propre camp politique, ladite proposition ne fait pas l’unanimité.

Cependant, le coordonnateur du FCC, Nehemie Mwilanya est sorti de son silence pour éclairer l’opinion à ce sujet. : « Je comprends le questionnement de l´opinion sur la position du #FCC au sujet des réformes.Mais elle devrait patienter car, aucune option n´a été lévée, à ce jour, par les instances dirigeantes du FCC.Les opinions des uns et des autres n’engagent que leurs auteurs.» a t-il indiqué.

Pour sa part, Ngoy Kasanji estime qu’il y a la démocratie au sein du FCC ; « La liberté d’opinion et d’expression m’obligent à exprimer librement mes pensées sans ma famille politique le FCC sur un de point de vue politique et juridique face à la réalité vécue de 3 cycles électoraux passés en RDC, acceptons-nous c’est la démocratie. » a t-il t-il mentionné dans son compte Twitter, en soulignant que l’entendement erroné de l’universalité du suffrage de l’article 220 trouve sa réponse dans l’article 5 alinéa 4 de notre constitution,il y est dit ceci : « Le suffrage est universel,égal et secret. Il est direct ou indirect. » a t-il conclu.

En réalité, il n’a fait que lancer le débat dans le microcosme politique congolais.

G. Bilonda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *