RDC : Dan Gertler blanchi par la justice américaine dans l’affaire de soupçon de corruption avec Glencore !

ACTUALITÉ Justice

Le Tribunal du New Jersey a lavé l’homme d’affaire israélien, Dan Gertler, des soupçons de corruption porté par les actionnaires américains du géant minier suisse Glencore dans les opérations effectuées en Rd Congo. La décision à été rendue le 31 juillet dernier par la juge Susan Wigenton.

En effet, ce jugement oppose un rejet catégorique à l’action judiciaire intentée, deux ans plus tôt, par un groupe d’actionnaires américains de Glencore contre cette société et son ancien partenaire Dan Gertler.
En 2018, indiquent des sources concordantes, ils avaient saisi le Tribunal de New Jersey aux États Unis d’Amérique afin de solliciter une indemnisation en compensation de pertes boursières qui, selon eux, résulteraient de soupçons de corruption dans le secteur minier congolais, impliquant le géant suisse et homme d’affaires Dan Gertler.
Si la requête avait été jugée recevable, son fond contenant les accusations décriées par les plaignants n’a pas convaincu le Tribunal à ordonner le paiement de dommages et intérêts réclamés.
C’est sur base notamment de ces allégations contre Dan Gertler, proche de l’ancien président congolais Joseph Kabila, aujourd’hui rejetées par la justice américaine, qu’une série d’enquêtes ont été ouvertes à partir de 2018.
D’abord, par le Département d’État américain a ouvert, ensuite par le Serious Fraud Office (SFO) de la Grande Bretagne en 2019, et enfin, par le procureur général suisse en juin 2020.
Si d’aucuns s’interrogent encore sur l’impact de ce premier jugement sur la suite ces enquêtes en cours, les plaignants déboutés par la justice américaine seraient prêts à engager une procédure judiciaire en appel au niveau de la Suisse dans les prochains jours.
A ce sujet, certains estiment qu’il pourrait être difficile pour eux de se faire entendre dire autre chose en Suisse, parce que les tribunaux américains, réputés pour leur sérieux dans les enquêtes, ne peuvent avoir pris avec légèreté ce dossier pour une enquête qui a duré deux ans.
Toutefois, la démarche reste légitime malgré le fait que le dossier est vide, selon le jugement rendu par le Tribunal de New Jersey, juge naturel de ces actionnaires américains de Glencore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *