Journée internationale de la Jeunesse : L’Association « Ta main mon avenir » plaide pour l’inclusion des jeunes handicapés dans la société

ACTUALITÉ MONDE

Depuis 1999, l’Assemblée générale des nations unies a retenu la date du 12 aout comme celle commémorant la journée internationale de la jeunesse. Cette concertation internationale a pour leitmotive de rappeler le rôle et la place des jeunes à travers le monde dans la promotion de droits fondamentaux et le développement durable de l’humanité.
A cet effet, le thème retenu cette année est : « l’engagement des jeunes pour une action mondiale. »
L’engagement de la jeunesse dans les affaires publiques contribue au développement et reste attaché soit relatif aux opportunités qui lui sont fournies. Ceci dépend aussi en majeur partie de son auto-détermination en revendiquant sa place dans la société tout en restant forte unie et dynamique en luttant contre toute forme de discrimination en son sein. Cette action considérée mondiale concerne toutes les couches de la jeunesse sans discrimination aucune afin de donner la chance à tout un chacun tout en tenant compte de ses capacités. Cette universalité vise à ne laisser personne derrière. Ici nous faisons allusion à la participation des jeunes handicapés à la gestion de la chose publique et à leur représentativité dans la politique. Ce thème tente de mettre en évidence la manière dont l’engagement des jeunes contribue à l’amplification des institutions d’Etat et l’avenir meilleur du monde. En ceci nous tenons à rappeler notre pouvoir public de mettre en exploitation cette couche de la population encore non exploitée au profit de son développement, dans le simple but de parfaire lui aussi ses institutions politiques car au sein de cette catégorie de personnes handicapées, stigmatisées, vulnérables nous retrouvons des talents encore possibles d’en tirer profit. Donc, nous invitons le gouvernement congolais à mettre en place des mécanismes pouvant permettre à ce groupe de personnes de prendre part à la construction de son vaste chantier.
Il en a la responsabilité d’adapter le climat de formation et d’emploi au bénéfice de ces personnes conformément à l’article 8 du code de travail de république démocratique du Congo qui dispose que « Tout employeur public ou privé a l’obligation d’assurer la formation, le perfectionnement ou l’adaptation professionnelle des travailleurs qu’il emploie. »

De ce fait, nous espérons avoir attirer l’attention de tous et de chacun sur les problèmes de la jeunesse en générale, et de la jeunesse handicapée en particulier tout en rappelant que les jeunes handicapés aussi ont droit d’être partenaires dans la société.

Béatrice Kazadi Mbuyi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *