Affaire CENI : Félix Tshisekedi refuse t-il d’investir Ronsard Malonda au profit de son candidat Denis Kadima ?

ACTUALITÉ POLITIQUE

Pourquoi Félix Tshisekedi tient mordicus à imposer son choix ( Denis Kadima) à la tête de la CENI ? Oubliant que la Commission Électorale Nationale Indépendante est un organe indépendant qui ne peut aucunement porter la couleur d’un parti politique, l’actuel chef de l’État s’ingére sans vergogne aux affaires internes de ladite structure apolitique dans l’intention d’avoir une main mise à la CENI à travers son candidat Denis Kadima.
À vrai dire, les manquent tombent au point que la main noire de Félix Tshisekedi dans l’organisation de l’élection du futur président de la CENI qui a eu lieu il y a peu entre les représentants des confessions religieuses dont 6 confessions sur 8 ont choisi Ronsard Malonda.

Que reproche-t-on aux Chefs des confessions religieuses?

En effet, EDUCIEL est une organisation autonome. Les Confessions religieuses et Les organisations des droits des femmes aussi. Chacune de ses trois thématiques de la Société civile se choisit librement son délégué à la CENI. Alors, comment expliquer cette assignation? Notre source révèle: «Il n’y a pas de litige entre Denis Kadima et les Confessions religieuses. On veut juste imposer aux Confessions une décision de justice qui ne les concerne pas». Puis: «en comprenant les choses, le candidat Kadima veut bénéficier d’une décision judiciaire pour imposer à tout pris sa candidature à l’Assemblée nationale. Ce qui est grave». Là où le Chef de l’Etat prône l’Etat de droit, ses propres collaborateurs veulent-ils plier les lois et les droits des autres à leur volonté? Qui doit donner l’exemple? Le juge saura-t-il dire le droit? La vérité ne saura tarder. Entretemps, l’affaire est prise en délibéré. Elle sera communiquée au ministère public pour avis.
Tout pour faire passer Denis Kadima.

Les choses se précisent. De plus en plus d’éléments et témoignages tendent à confirmer que l’entourage du Chef de l’Etat tient mordicus à faire passer Dénis Kadima comme délégué de la société civile à la CENI. Comment expliquer que le même Kadima qui était candidat pour le compte du délégué des Confessions religieuses à la CENI, se retrouve miraculeusement délégué de l’EDUCIEL? Or, on le sait, EDUCIEL avait choisi ses candidats délégués en juin 2019, au bout d’un processus transparent. Et le Dr Bonganga y était présent, comme électeur, vêtu en tenue de sport. Les échanges avec nos sources révèlent que les Chefs des Confessions religieuses ont également subi des sérieuses pressions d’un conseiller à la présidence juste après la désignation de Ronsard Malonda. Beaucoup d’observateurs avertis ont déploré cette immixtion des politiques dans une démarche exclusivement réservée à la société civile. Cette dernière aura trois délégués à la CENI alors que la majorité FCC-CACH en aura 6 et l’Opposition LAMUKA et alliés en aura 4 dont un sera le rapporteur, patron du fichier électoral.

B. MBUYI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *