Breaking News

Urgent : Francine Muyumba démissionne à la présidence de l’UPJ !

Union Panafricaine de la Jeunesse : Francine MUYUMBA quitte son poste pour son mandat de Sénatrice Première femme à diriger l’Union Panafricaine de la Jeunesse, Francine MUYUMBA a été élue une première fois en Novembre 2014, puis pour un second et dernier mandat en Décembre 2017.

Après un total de 5 année passées à la tête de cette organisation à une année de la fin de son mandat auquel il a joué un rôle important de porte voix de la Jeunesse Africaine à travers le continent et le monde ; celle qui a été surnommée par plusieurs chefs d’Etats Africains la battante a démissionnée de son poste.

La nouvelle a été annoncée ce jeudi 25 avril à Kinshasa à l’issue d’une importante réunion entre le ministre en charge des affaires étrangères et le comité exécutif de l’UPJ conduit par Mme MUYUMBA elle-même.

Outre les grandes questions qui ont fait l’objet de cette réunion, la grande nouvelle parvenue à la presse a été celle de cette démission, confirmée et actée par le chef de la diplomatie congolaise intérimaire Alexis TAMBWE MWAMBA.

En effet, suite aux élections le 15 mars 2019 dans le pays, l’ancienne Présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse a été élue au Sénat congolais pour le compte de la province du Haut-Katanga dans le sud du pays ; province située dans le grand Katanga à laquelle elle est originaire.

32 ans, elle a était l’une des trois plus jeunes Sénatrices du Senat Congolais et meilleure élue du Haut Katanga.

Après son élection Francine Muyumba a donc opté de rendre service à son pays et ainsi démissionné l’organe de représentation de tous les jeunes africains (définis comme des personnes de moins de 35 ans), un groupe démographique représentant plus de 65% de la population africaine.

Comme le veut l’article 32 du statut de l’Union Panafricaine de la Jeunesse ; en cas d’empêchement définitif du Président, le comité exécutif se réunira pour élire celui qui assurera son intérim jusqu’à la tenue du congrès ordinaire ou extraordinaire selon le cas ; un intérim qui ne devra pas aller au-delà de 12 mois ; très légaliste, sa démission s’est fait en présence du comité exécutif et le chef de la diplomatie qui supervise directement le mandat international de la RDC.

Née en 1987, dans la ville de Bukavu en province du sud –kivu en République Démocratique du Congo (RDC) , Francine MUYUMBA est une activiste et une politicienne congolaise ;

Muyumba est détentrice d’un Diplôme de licence en droit de l’Université protestante au Congo (UPC) depuis 2018 et d’un autre Diplôme de licence en ressources humaines, Science et technologie spécialisé en études des médias « journalisme » titre obtenu en 2011 à l’ Université de Namibie ; institution au sein de laquelle elle a été active dans le gouvernement des étudiants ; En dernière année, elle a été élue présidente du Conseil de Représentation des Étudiants de cette Université, devenant ainsi la toute première femme et étudiante internationale a occuper ce poste.

Durant ses études en terre Namibienne, pays qui longe le littorale de l’océan atlantique Muyumba a été coordonnatrice ad intérim pays de l’Association des Nations Unies (UNAS).

Après ses études et son mandat en tant que coordonnatrice ai pays de UNAS, elle est retournée au service de la jeunesse de son pays, la RDC, de 2012 à 2014. Avec une forte expérience de l’activisme des jeunes dans le monde entier, elle intervient régulièrement comme conférencière sur des questions relatives à la jeunesse en Afrique et dans le monde, y compris aux assemblée Générales des Nations Unies.

En RDC, Elle a également été présidente du conseil d’administration de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs du Congo, coordinatrice nationale du Forum national de la jeunesse et secrétaire bilingue des pourparlers de paix du gouvernement de la RDC avec les rebelles du M23 à Kampala, en Ouganda.

A son actif, elle a aidé à mobiliser la jeunesse des pays des Grands Lacs à participer la culture de la paix en initiant des forums sur la paix et la stabilité dans la région et est devenue depuis lors un vrai défenseur des droits des jeunes. Cela lui a permis de devenir la première femme à occuper le poste de présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse depuis sa création en1962, représentant toute la jeunesse des Etats membres de l’Union Africaine.
Durant son mandat de présidente de l’UPJ, Francine Muyumba a renforcé les relations de cette Organisation avec la Commission de l’Union africaine afin que les jeunes africains puissent participer dans les instances décisionnelles et améliorer leurs vies dans le cadre de création d’emplois des jeunes. Elle a eu à facilité des dialogues intergénérationnels entre les jeunes et dirigeants Africains.

Elle était la principale représentante des questions de jeunesse auprès de l’Union africaine et des chefs d’État du Continent Africain. De son mandat, l’on retiendra notamment la parfaite collaboration entre elle via son institution avec l’ancienne présidente de la commission de l’Union Africaine, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma pour le développement de la jeunesse Africaine en se focalisant sur un grand projet de création d’un fonds Africain pour développement de la jeunesse par l’Union Africaine dont l’adoption ai connu un grand succès en juillet 2017.

Elle est la première présidente de l’Union panafricaine de la jeunesse, depuis la création de l’Organisation en 1962, à avoir l’occasion de s’exprimer devant l’Assemblée générale des Nations Unies au nom de la jeunesse africaine à plusieurs reprises. Elle a collaboré étroitement avec l’Envoyé des Nations Unies pour la jeunesse afin de faire entendre la voix de la jeunesse Africaine au niveau mondial.

L’une de ses qualités du haut de sa forte expérience est celle d’animatrice des forums internationaux des jeunes et des femmes ; à l’exemple à Sao Paulo au Sommet mondial des femmes au Brésil ; dans plusieurs assemblées générales des Nations Unies à New York, au premier Forum mondial de la jeunesse sur la paix et la sécurité à Amman en Jordanie, aux Sommets des chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine ; au Forum Mondial du Millennium campus Nations Unies à New York. A la Banque Mondiale et au Département d’Etats des Etats Unies à Whashington ; au siège de l’union européenne ; au sommet des dirigeants de l’Union Africaine et Union Européenne à Abidjan elle a porté très haut la voix de la Jeunesse Africaine ; la liste est exhaustive.

Dans sa mission, Francine Muyumba avait notamment comme stratégie, le contact direct avec les dirigeants du monde ; c’est ainsi qu’à son actif, l’on compte des nombreuses rencontre avec des hautes autorités du monde ; en Afrique les chefs d’Etats, qu’elle a rencontré jusque dans leurs palais, avec comme seul objectif, plaidé en faveur de la Jeunesse comme le veut sa mission car n’étant pas celle qui décide…Et autant elle le faisait avec les dirigeants, autant c’était le cas avec les Jeunes de qui elle détenait sa légitimité, car à ce poste, la Congolaise MUYUMBA n’est pas nommée mais élue et ceci directement des jeunes dont les représentants au niveau de l’UPJ sont les Présidents des CNJ ;

Sur le continent, plusieurs rencontres avec les jeunes ont eu lieu…En RDC son pays, Francine MUYUMBA a toujours été disponible à des échanges directs avec les Jeunes et ceci de tout bord, le cas de ceux des mouvements citoyen qu’elle a rencontré à Kinshasa comme dans le reste du pays…

Sur le plan politique, elle a participé à des dialogues à l’exemple de celui tenue en 2017 à la cité de l’Union Africaine à Kinshasa sous la facilitation d’Eden KODJO, ancien président de l’Organisation de l’Unité Africaine et Ancien premier ministre togolais.

Dans le soucis d’apporter sa pierre à l’édifice pour la paix dans son pays, elle a bravé la peur et a été dans les coins et recoins réputés à la solde des groupes armés…Béni, Butembo , Rutshuru pour ne cité que ces territoires là ; la Sénatrice Francine MUYUMBA y a passé des nuits et participé à des missions de la MONUSCO pour des solutions de paix et réconciliation entre communautés.

Il faut ajouter qu’elle est pour beaucoup dans la ratification en RDC, de la charte africaine de la Jeunesse, en brisant le protocole et rencontré tour à tour pour en discuter avec les présidents deux chambres du parlement, le Sénat et l’assemblée nationale…

Plaidant pour l’emploi des jeunes, elle a été très actives aux cotés du ministre d’Etat en charge du plan dans le processus de recrutement des jeunes dans la fonction publique…Un processus marqué par une tournée sur l’ensemble du pays pendant près de 2 ans…Cette démarche initié par l’ancien chef de l’Etat Joseph KABILA avait pour objectif apporter du sang neuf au sein de l’administration de l’Etat en recrutant des jeunes et lutter tant soit peu au chômage auquel ils font face.

Durant son mandat à la tête de l’UPJ, Francine MUYUMBA a bénéficié d’un soutien totale de la RDC son pays, ceci de l’ancien Président Joseph Kabila qui avait accepté de parrainer le comité exécutif de 2014 à l’actuel Président Félix Antoine TSHISEKEDI ; ce qui a fait rayonner le talent de la Jeunesse Congolaise prouvé par la désormais sénatrice sur le toit de la Jeunesse Africaine. Aujourd’hui, son parcours est plus qu’élogieux et elle est un modèle pour toute la Jeunesse Africaine à qui elle a légué un esprit de leadership d’éveil du panafricanisme.
[25/4 17:50] Alain Lino M: Francine Muyumba démissionne de la Présidence de l’Union Panafricaine de la Jeunesse ( UPJ)

La sénatrice congolaise Francine Muyumba a démissionné, ce jeudi 25 avril, de son poste de Présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse ( UPJ).

Cette démission, a-t-elle expliqué, est consécutive à son élection comme sénatrice au terme des sénatoriales organisées au mois de mars dernier en RDC.

Francine Muyumba a annoncé cette triste décision en présence du Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba et du Comité exécutif de l’UPJ.

 » Au regard de mes nouvelles obligations comme sénatrice, j’ai pris la lourde décision de prendre ce jour congé de l’UPJ. Je vous annonce donc ma démission au poste de Présidente de cette organisation continentale de la jeunesse africaine », a déclaré Francine Muyumba en versant quelques larges en signe d’emotion.

Francine Muyumba a également profité de cette occasion pour remercier tous les chefs d’Etats et des Gouvernements africains pour l’avoir soutenu durant ses deux fructueux mandats à la tête de l’UPJ et pour l’avoir accompagné dans ses efforts à améliorer les conditions de vie des jeunes africains.

 » Je remercie tous les dirigeants africains. Mes pensées s’adressent particulièrement à madame Zuma pour nous avoir forgé et permis d’arracher d’importantes décisions en faveur de la jeunesse africaine. Je rend un vibrant hommage au Chef de l’Etat Félix-AntoineTshisekedi à qui nous souhaitons un fructueux mandat et au président honoraire Joseph Kabila », a indiqué Francine Muyumba.

La meilleure élue de la province du Haut-Katanga a saisi cette occasion pour annoncer la création d’une Fondation militant pour la cause des jeunes africains. Elle a par ailleurs annoncé la mise en place d’une structure d’anciens leaders de l’UPJ.

Parlant des réalisations de l’UPJ durant son règne, Francine Muyumba a cité:

  1. La mise en place du Fonds africain du développement de la Jeunesse ;
  2. L’institution des Fonds nationaux pour l’entrepreneuriat des jeunes;
  3. D’importantes décisions en faveur de la Jeunesse africaine auprès des Chefs d’Etat et des Gouvernements ;
  4. La tenue annuelle du Forum des jeunes durant les sommets de l’Union africaine ;
  5. Plusieurs protocoles signés entre les jeunes africains et ceux du monde entier ;
  6. Des tribunes d’expression de la Jeunesse africaine au cours des Assemblées générales des Nations Unies à Genève et à New-York ;
  7. Et L’expression de la Jeunesse africaine durant les sommets de la Francophonie ;

Visiblement emotionné, le Vice-premier ministre ministre des Affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba, a pris acte de cette décision.

Il a fecilité Francine Muyumba pour avoir dirigé avec brio l’UPJ, faisant ainsi la fierté de la RDC et portant haut son étendard.

Dans son mot, Alexis Thambwe Mwamba est revenu sur l’implication de Francine Muyumba à l’amélioration des conditions de vie des jeunes congolais.

Il cite, à titre indicatif, son accompagnement au projet de rajeunissement de l’administration publique, son implication à la ratification par l’Assemblée nationale de la Charte africaine de la Jeunesse et à la mise en place du Fonds national pour la promotion de l’entrepreneuriat et de l’emploi des jeunes.

Present dans la salle, le représentant du Comité exécutif de l’UPJ, Mohindo Moris, a félicité Francine Muyumba pour les efforts consentis dans le rayonnement de cette organisation au niveau mondial.

Il a indiqué que l’UPJ sera désormais dirigé par la malgache Julianna Ratovoson, élue provisoirement présidente en attendant l’election définitive qui sera organisée par le Congrès de cette organisation.

Avant de clore son discours, Francine Muyumba a souhaité bonne chance à l’actuel Comité exécutif de l’UPJ. Elle l’a encouragé à continuer à se battre pour l’amélioration des conditions de vie des jeunes africains.

32 ans d’âge, Francine Muyumba a été élue Prèsidente de l’UPJ en novembre 2014, puis réélue en décembre 2017. Son mandat devrait normalement pendre fin en 2020.

Soucieuse de mettre l’exeperience acquise à la tête de l’UPJ au service de la nation congolaise, Francine Muyumba a décidé de postuler à l’élection sénatoriale organisée en mars 2019 en RDC. Au terme de cette élection, elle a été la meilleure élue de la province du Haut-Katanga. Elle fait donc partie de trois femmes les moins âgées du Senat Congolais.

Sa démission est conforme
à l’article 32 des Statuts de l’Union Panafricaine de la Jeunesse qui stipule qu’ en cas d’empêchement définitif du Président, le comité exécutif se réunira pour élire celui qui assurera son intérim jusqu’à la tenue effective du congrès ordinaire ou extraordinaire selon le cas. Un intérim qui ne devra pas durer plus de 12 mois.
Et c’est Mme Julianna Ratovoson de nationalité Malgache qui jusque là était la Vice – Présidente Afrique australe qui prend sa place après son élection par tous les membres du comité exécutif.

Orly-Darel Ngiambukulu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *