Thierry Monsenepwo : « Les congolais doivent préserver les bases de la gestion positive du Président kabila, artisan de la relance de la RDCongo. » ( Tribune)

Nous devons admettre qu’en 2001 lorsque le chef de l’état accède au pouvoir la situation du pays n’est guerre reluisante. Mais 15 ans après, avec du recule et à la lumière des chiffres, on se rend vite compte que des efforts louables et palpables ont été consentis afin de sortir ce pays du gouffre. Et ce, dans plusieurs secteurs.

Dans La Tribune d’aujourd’hui je vais plus parler de quelques secteurs clefs mais chiffre à l’appui pour démontrer de ce qu’est devenu le Congo et des bons qui ont été réalisés.

Je vais débuter par le rapport du pnud concernant l’indice de développement humain. Dans le rapport mondial de l’Idh 2016, la RDC est positionnée à la 176ieme place sur 188 pays classés, avec un indice de développement humain de 0,435. Ce niveau est en nette progression depuis près de 15 ans, depuis l’accession au pouvoir de l’actuel chef de l’état.

Ainsi en peu de temps notre pays a su gagner 16 places dans ce classement mondial réalisé chaque année par le pnud tenant compte des facteurs sociologiques dont entre autre l’espérance de vie, la scolarisation, les soins de santé etc.

L’indice de la pauvreté multidimensionnel, qui mesure l’intensité des privations des ménages dans les domaines de la santé reproductive, de l’éducation et du statut économique, est en rabais de 15% depuis 2003 en République Démocratique du Congo.
L’indice de la pauvreté monétaire de notre pays, se situe à un niveau proche de la moyenne sous régionale, soit 44% et est depuis 2004 en progression positive.
Et les taux brut et net de scolarisation dans le primaire affichent de bonnes progressions respectivement de 107% et 83.
La preuve est que selon un rapport présenté mercredi 18 novembre 2016 par unicef et le ministère congolais du plan, le taux brut de scolarisation en RDC est passé de 62% au cours de l’année scolaire 2001-2002 à 110% pendant l’année scolaire 2012-2013 et de 118% en 2016.
Et pour ce qui est de la mortalité infantile, selon un rapport de l’unicef publié jeudi 10 septembre à New York, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans en RDC a baissé de 30% entre 2007 et 2014. Dans son rapport, l’agence onusienne salue les progrès importants accomplis dans le pays pour réduire la mortalité infantile et des jeunes.
En 2007, la RDC enregistrait 148 décès pour 1000 naissances vivantes. 7 ans après, ce taux est descendu à 104 décès pour 1000 naissances.
Pour ce qui est de l’accès à l’eau potable, il y a une amélioration considérable dans les milieux urbains ou près de 80% des ménages ont accès à l’eau potable et dans les milieux ruraux on est passé à 30 % en 2016 soit dix fois plus qu’en 2001 grâce au programme villages et écoles assainis qui vise à faciliter l’accès des populations à l’eau potable et à l’utilisation des latrines propres en milieu urbain.
Plus de 3600 villages et 1000 écoles ont bénéficier de la première phase de ce programme entre 2008 et 2012.
Bon nombre de ces chiffres sont présentés par le pnud et d’autres agences spécialisées des Nations Unies. Et en comparant cela dans le temps, on se rend compte qu’un bon de géant a été réalisé.
Prochaine tribune, les chiffres concernant l’armée, les infrastructures et l’emploi.

Thierry Monsenepwo/ Communicateur MP

Related posts

Leave a Comment