Thierry Monsenepwo accuse Lucha , Filimbi et le Rassemblement au tribunal du peuple pour « déstabilisation du Processus électoral »

Einsten Albert a dit qu’on ne peut pas faire la même chose tout le temps et espérer a chaque fois un résultat différent. Et pourtant, malheureusement c’est ce que ces mouvements citoyens ensemble avec une opposition radicalisee agissent, en sabordant le processus par des menaces a des villes mortes études crises, ce qui a l’époque a perturbé le bon fonctionnement de nos villes, mais aujourd’hui grâce à ces mêmes pratiques, espèrent aller vite aux élections.

Le gouvernement est le principal pourvoyeur de fond de la ceni pour les élections dans notre pays. Et deja, nous en sommes à près de 350 millions de déjà décaissés au profit de la centrale électorale. Et cet argent que le gouvernement dépense provient su trésor public qui est alimenté par les frais des contribuables de différents secteurs qui chaque jour, chaque semaine et chaque mois, par les taxes et redevances, renflouent les caisses de l’Etat.

Maintenant on se demande si au lieu qu’il y ait une mobilisation de tous pour surmonter les contraintes, on perdait le temps à suivre ce qui est proposé par certains qui souhaitent une transition sans le Président de la République, des villes mortes, des désobéissances civiques, bref des actes qui de la logique la plus basique, sont contre productifs si l’on tient aux élections. Donc il est maintenant clair que ces compatriotes ne veulent pas des élections.
La demande qu’ils ont fait de la publication du calendrier, n’a été pour eux qu’un moyen de pression espérant que la ceni serait incapable de publier un calendrier.

Car maintenant que c’est fait, il devraient d’ailleurs en être heureux mais malheureusement non ils se plaignent du fait que la ceni ait publié le calendrier, pourtant ce qu’ils souhaitaient. Une contradiction qui prouve qu’il y a anguille sous roche, et que les extrémistes ne jurent que sur l’anéantissement de l’Etat.

D. Ngalula

Related posts

Leave a Comment