Thierry Monsenepwo : « À Mbuji Mayi,tout le peuple salue la publication du calendrier électoral et attend de sanctionner Fatshi qui leur a gaspillé un siège depuis 2011»

La ville est calme, ce matin depuis les hauteurs de cette ville en mouvement, les populations se réveillent pour passer une journée de mercredi normal alors quelques deux ou 3 membres des mouvements subversifs dits citoyens, tentent difficilement de faire passer leur idée anti constitutionnelle d’une transition sans kabila appelant à une ville morte à la quelle eux même ne croient même pas, mais il faut bien justifier les sous perçus depuis l’étranger.
À ma grande surprise je rencontre quelques jeunes qui viennent du marché acheter le mbuji qu’ils vont cuire à la façon d’ici. Je leur demande ce qu’ils pensent du calendrier. Ils me disent être satisfait de cette publication et se préparent à sanctionner particulièrement une personne qui leur a volé leurs voix. Cet élu devait normalement siéger ne dit l’un d’eux. Mais à notre grande surprise, il touche les avantages dus à son rang de député, grâce à nos voix, mais n’ose même pas nous défendre. Il se permet juste de multiplier des provocations. Et l’autre de renchérir, qu’il a compris qu’il n’aura plus droit de cité ici raison pour laquelle il a tenté une incursion forcée à lubumbashi mais qui a échoué.
Je constate donc que les populations d’ici sont éveillées et suivent au pas la politique du pays. Cet échange m’a permis de comprendre pourquoi Fatshi premier a autant peur des élections et souhaite un accès au pouvoir par petit chemin. Car sur le chemin des élections, ayant perdu la base de son père à cause de la posture, il risque d’être simple conseiller communal de limete.
« Ma mission à Mbuji Mayi se poursuivant, je vous l’étude des autres rencontres.»

Related posts

Leave a Comment