Categories ACTUALITÉSOCIÉTÉ

Signature des arrangements particuliers : La Monusco exige le respect stricte de la résolution 2348 du conseil de sécurité !

C’est dans un communiqué officiel publié le 27 avril dernier que la mission de l’organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC, Monusco, a exprimé son mécontentement face à la non inclusivité des arrangements particuliers signés récemment par les parties prenantes au pourparlers du centre interdiocésain sans la présence du Rassemblement aile Limete qui n’a pas voulu répondre à l’invitation de Léon Kengo et Aubin Minaku.

La Monusco exige le respect stricte de la résolution 2348 du conseil de sécurité de l’Onu et demande aux parties prenantes de redoubler les efforts pour sa mise en oeuvre.

À la monusco de demander à l’Union Africaine et les dirigeants de la sous-région à faciliter ce processus par l’entremise de ses bons offices. Est-ce que la monusco tient à un troisième dialogue ?

La question reste pendante …

Lire la suite...
Categories ACTUALITÉ

RDC : Les membres de l’Onu enlevés dans la partie Est sont libérés

Ils étaient au total seize membres, tous agents des Nations unies (ONU) en Rdc. Ces membres de la mission onusienne avaient été enlevés plus tôt dans la journée dans la partie Est de la Rdc par les ex-rebelles sud-soudanais dans un camp de réfugiés de la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé un responsable onusien sous couvert d’anonymat.

La prise d’otages de ces membres de la mission des Nations unies en RDC (Monusco) s’est déroulée dans le camp pour anciens combattants de Munigi, dans l’est du pays.

« la libération de nos 16 membres qui ont été retenus plus tôt est un ouf de soulagement pour la Monusco(…) a expliqué le responsable, sans toutefois donner l’identification exacte des personnes qui ont été détenues. Le camp est calme et sous contrôle total de la Monusco. Tous ses membres sont rentrés chez eux en sécurité. »

Selon les responsables de la Monusco, Une enquête a été ouverte sur cet incident qui n’a pas fait de victime,mais qui sème de la désolation. Ils sont à peu près 530 anciens rebelles du Soudan du Sud, qui ont fui les combats dans la capitale de leur pays, Juba pour vivre dans ce camp. Tous désarmés à leur arrivée sur place, demandent depuis des mois à être déplacés mais l’ONU ne parvient pas à leur trouver de pays d’accueil.

Après avoir accédé à l’indépendance en 2011, le Soudan du Sud a plongé depuis décembre 2013 dans une guerre civile, qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et environ 3,5 millions de déplacés.

Presse Libre

Lire la suite...