Processus électoral : Pour le Front Commun pour le Congo , les opposants contestataires de la machine à voter ont peur des élections

Suite à la position surprenante des opposants congolais , celle de boycotter la tenue des élections à la date du 23 décembre prochain si seulement si la Commission Électorale Nationale Indépendante organisait les élections avec la machine à voter, le Front Commun pour le Congo estime que c’est un faux débat. Selon Néhémie Mwilanya l’un des membres du comité stratégique de ladite structure politique, « la loi électorale prévoit le vote peut avoir lieu par voie électronique ou par voie de bulletin à papier , au cours du processus électoral il sera fait usage de bulletins à papier qui sera déposé dans les urnes » a t-il déclaré devant les chevaliers de la plume au cours d’un point de presse organisé en la salle de conférence de l’hôtel Rotana à Kinshasa-Gombe.

Le directeur de cabinet du chef de l’État a dit tout haut que la décision définitive et irrévocable du FCC est celle de soutenir les élections du 23 décembre afin d’obtenir les élections à la date fixée par le calendrier électoral conformément au dialogue interdiocèsain mais aussi dans l’esprit de la constitution.

Pour sa part , Henri Mova sakanyi estime que le refus catégorique de l’utilisation de la machine à voter aux élections du 23 décembre par les opposants politiques congolais est un faux-fuyant , un faux débat car ils ne s’étaient pas préparés. Car dit, ces opposants ont peur des élections.

F. Kamanda

Leave a Comment