Breaking News

Pour éclairer les zones d’ombres sur les violations des droits de l’homme survenus lors des manifestations du 31 décembre 2017 et 21 janvier 2018, Marie-Ange Mushobekwa a créé une commission d’enquête mixte

C’est une occasion propice pour les victimes des événements malheureux du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, de dénoncer les auteurs de violations graves des droits de l’homme, les agents de l’ordre qui auraient tirés à bout portant sur les civils, seront tous connus et sanctionnés à travers cette commission d’enquête mise en place par Madame la Ministre de droits humains, Marie-Ange Mushobekwa, qui a une durée de 10 jours pour collecter des données sur les violations de droits de l’homme par une audition des victimes, témoins et ayant droits et faire rapports et transmission des données aux autorités judiciaires pour disposition et compétence.

Signalons par ailleurs que le ministère des droits humains travaille en étroite collaboration avec le Bureau conjoint de Nations-Unies aux Droits de l’Homme, le département aux droits de l’Homme de l’Union Africaine et d’autres membres de la société civile. L’objectif ici est de rétablir la vérité sur les allégations précitées afin de rétablir les responsabilités.

« les présumés auteurs seront poursuivis en justice et les victimes seront rétablies dans leurs droits » tel que précise l’arrêté ministériel portant création dudite commission.

F. Kamanda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *