Breaking News

Néhémie Mwilanya : « Nous avons suffisamment dialogué dans ce pays , il est temps d’aller aux élections »

Répondant aux questions des journalistes de Radio Okapi sur la rencontre qui a eu lieu entre le président Kabila et la délégation du Conseil de Sécurité de l’Onu conduite par le représentant de France à L’Organisation des Nations-Unies M. Delattre , le directeur de cabinet du chef de l’État, Néhémie Mwilanya a précisé que les échanges entre les deux parties étaient axés sur la volonté du Front Commun pour le Congo d’aller aux élections du 23 décembre prochain sans aucune condition. « Le FCC est un regroupement à caractère électoral, nous avons conduit tout un processus de préparation aux élections , deuxièmement, nous pensons que nous avons suffisamment dialogué dans ce pays, nous avons trouvé le consensus sur les questions essentielles qui pouvaient permettre l’organisation des élections » a t-il déclaré.

Au sujet de l’utilisation de la machine à voter , le professeur Néhémie Mwilanya estime que c’est un problème technique qui n’engage que la Commission Électorale Nationale Indépendante qui est le pouvoir organisateur des élections et il demande aux acteurs politiques congolais de faire confiance en elle, a t-il précisé. « Toutes les parties prenantes au différents dialogue ont accepté le rôle constitutionnel de la CENI » a précisé Néhémie Mwilanya.

Quant à la position de l’opposition qui ne jure que sur le boycotte de la machine à voter, Néhémie Mwilanya s’est dit inquiet de constater que l’opposition n’a pas besoin d’affronter la course électorale. « il y a manifestement une équipe qui n’a pas envie de jouer , mais nous, nous sommes prêt pour les élections. Voilà pourquoi nous avons demandé aux membres du Conseil de Sécurité de prendre en compte lez efforts consentis par le président Joseph Kabila pour stabiliser la RDC , pour démocratiser et pour lui offrir cette troisième chance d’organiser les élections libres et véritablement pluralistes et de poursuivre son élan de développement » a conclu, Néhémie Mwilanya.

F. Kamanda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *