Martin Fayulu abandonne le combat sur la vérité des Urnes et fait les yeux doux à CACH

ACTUALITÉ POLITIQUE

La République Démocratique du Congo, traverse une période de turbulence politique. Cette situation ne laisse pas indifférente les analystes politiques. 

Pour Alain NSENGA, en prenant à contrepied, les prévisions prédatrices des puissances étrangères ainsi que les tergiversations d’une opposition politique congolaise dépouillée de sa véritable identité, la coalition FCC-CACH inaugure une nouvelle ère politique où l’affrontement devrait faire place à un partenariat constructif et bénéfique avant tout au peuple.
On savait que ce rapprochement historique FCC-CACH, illustration de l’audace du peuple congolais de s’approprier le processus démocratique, ferait l’objet d’attaques tous azimuts mais l’on était loin d’immaginer que la pire menace proviendrait de l’inconsistance et de la duplicité des acteurs politiques congolais.
Ce rempart de la stabilité congolaise est en effet, aujourd’hui, la cible d’un complot machiavélique ourdi par ceux qui, hier, refusaient encore de croire que l’histoire de la RDC pouvait progresser en empruntant des voies certes surprenantes mais exemplaires pour le reste de l’Afrique.
Ainsi, plusieurs sources concordantes font état d’une rencontre secrète, ce mercredi 03 Juillet 2019, entre le Président Félix TSHISEKEDI et Martin FAYULU, désormais engagés dans un rapprochement dont l’objectif avoué serait d’isoler le Front Commun pour le Congo, pourtant partenaire du CACH.
Les observateurs bien avertis savent évidemment que le Président Félix TSHISEKEDI a besoin de Martin FAYULU pour finaliser le vieux schéma de Genève d’une transition sans Joseph KABILA, vision dictée par une machine de prédation qui se veut inamovible. 
Certaines mauvaises langues parlent même d’un dialogue franc, entre les deux hommes, sur les élections qu’auraient remportées Martin FAYULU qui promet au Chef de l’Etat, le ralliement de Jean-Pierre BEMBA et celui d’autres leaders de l’opposition pour anéantir la famille politique de Joseph KABILA. 
En tournant le dos au FCC, le Président TSHISEKEDI choisi délibérment de ne pas prendre la véritable mesure des enjeux de l’heure et de se laisser instrumentaliser au détriment de son peuple qui lui a pourtant conféré, par voie démocratique, le mandat le plus important de leadership sur la RDC.
Ce peuple, représenté au Parlement, par une majorité  écrasante des Députés FCC, acceptera-t-il ce jeu perfide sachant que la coalition est en réalité une main tendue du FCC au CACH en lieu et place d’une cohabitation qui réduirait la Présidence de Félix TSHISEKEDI à sa plus simple expression ?
L’on comprend mieux pourquoi le CACH qui préfère s’engager à  la renaissance de l’opposition de Genève s’emploie à faire tourner le FCC en bourrique sur la formation du futur Gouvernement comme si le slogan « le peuple d’abord » n’a de sens véritable que devant les « maîtres » de Genève.
Le peuple congolais qui attend beaucoup de ce Gouvernement risque d’être impitoyable avec ceux qui trahiront sa confiance. Cette vérité-là, les Etats-majors de toutes les formations politiques doivent la connaître et l’accepter telle quelle.
Alain NSENGA, analyste politque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *