Breaking News

L’étudiant Elvis Bolungu, co-auteur des imputations dommageables contre les enseignants de l’UPC.

Depuis son inscription à la faculté de droit de cette prestigieuse université congolaise, UPC, l’étudiant Elvis Bolungu s’est distingué par son manque d’égards vis à vis de ses enseignants, qu’il a eu de cesse de les dénigrer en privé comme en public.
Alors qu’il n’était qu’en g2 droit, il s’était violemment pris à l’un de ses maîtres, dont nous taisons le nom , au point de vouloir en venir aux mains.
Acte qui lui avait valu une sanction, l’annulation de sa session.

Après plusieurs récidives d’indélicatesse, il sera désormais surnommé, « le tout puissant étudiant  » pour son audace de porter atteinte à l’honneur de ses enseignants sans la moindre vergogne.
Pendant la deuxième session passée, il décide comme à l’accoutumée de s’attaquer , via les réseaux sociaux ( groupes watsapp upc family, non au 3e mandat,…Facebook ) , aux autorités facultaires et universitaires qu’il accuse d’avoir été corrompues par Constant Mutamba, pour sa nomination en qualité d’Assistant à la faculté de droit.

Toujours dans ses postes encore traçables, le tout puissant étudiant Elvis Bolungu insulte son enseignant de mafieux, de médiocre et rassure maîtriser les combines ayant conduit à sa nomination par le recteur. Il avait ainsi promis la publication, dans les prochains jours , de tous les mafieux.
« Chose promise, chose due ». le tout puissant étudiant frappe encore, quelques semaines plus tard.
Se livrant à ses proches, il affirme détenir des messages incriminant des enseignants et autorités de l’Université Protestante au Congo.

48h après, les messages sont publiés dans ses canaux habituels de communication ( réseaux sociaux ), salissant ainsi ses enseignants, et Mgr le recteur qu’il accuse à tort et sans preuves, d’être auteurs, complices des points sexuellement transmissibles, corruption, …

La gravité de ces accusations gratuites a eu des conséquences fâcheuses sur l’honneur de ces personnalités et l’UPC qui est réputée pour sa qualité de formation.

La justice doit faire son travail pour juguler l’ardeur de ce jeune homme qui scie l’arbre sur lequel il est assis.

Arsène Ngoy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *