Breaking News

Les Tribunaux soutiennent les témoins de Jéhovah dans leur lutte contre les atteintes aux libertés de culte et de conscience en République Démocratique du Congo,

Mangalangongo, secteur d’idiofa , province du Kwilu. En ce dimanche soir du 17 août 2014, une réunion de famille se prépare. Elle pourrait ressembler à n’importe quelle discussion familiale, mais en fait elle n’est qu’un prétexte dissimulant un macabre traquenard : en moins de 30 minutes ,un membre de la famille, M. KINGELEJI MUKOSO Gilbert est égorgé sauvagement par les membres de sa famille qui lui avaient tendu un guet-apens. Quel motif a pu amener à un tel crime? M. KINGELEJI est victime de la superstition. Depuis des années déjà ,plusieurs membres de sa famille le menaçant de mort à la suite d’une consultation occulte d’un médium, une «voyante » qui accusa M.kingeleji d’être un sorcier. Aucune preuve, aucun lien débat :la famille s’est aveuglément jetée dans une théorie infondée jusqu’à ce que la question soit réglée ‘de la pire des manières. Accuser de la sorcellerie est contre la constitution en fait M.kingeleji a toujours clamé son innocence et il refusait de se livrer aux pratiques spirites par motif de conscience :étant témoin de Jéhovah, il tenait à respecter l’ordre divin consigné dans la bible de ne pas recourir aux médiums, sorciers et autres voyants : Deutéronome 18:10-13. Il est mort fidèle Dieu. Malheureusement M. KINGELEJI MUKOSO Gilbert n’est qu’une victime innocente parmi tant d’autres au Congo, où les rites spirites continuent de tromper un grand nombre de personnes. Les crimes commis au nom de l’intolérance et de la superstition sont ainsi légion et touchent des gens de toutes confessions religieuses. Néanmoins, les témoins de Jéhovah semblent se démarquer par leur unité d’action en réponse aux calomnies. Alors que la plupart des crimes commis étaient jusque-là restés impunis, par faute de moyens des tribunaux et systèmes judiciaires locaux, les témoins de Jéhovah se démarquent de toute autre religion en prenant une part active à défendre leurs coreligionnaires devant la justice. Là où la plupart des autres religions se contentent de condamner verbalement, les témoins de Jéhovah coopèrent étroitement avec les organes judiciaire et policiers afin de traduire en justice et de punir les fauteurs de trouble et autres criminels. Le cas de M.kingeleji en est un bel exemple. Bien que le meurtre ait été commis dans un endroit reculé du Congo, le siège national des témoins de Jéhovah situé à Kinshasa a envoyé des avocats défendre les intérêts de la veuve et de ses enfants. Ils n’ontpas hésité a parcourir des centaines de kilomètres à travers la brousse et les différentes juridictions a fin de mener à bien le procès des meurtriers de leur coreligionnaires. L’affaire fut enrôlée sous RPA 1542 à la cour d’Appel de bandundu-ville dans le Kwilu. Les témoins de Jéhovah d’autres parties du monde se sont aussi impliqués pour demander aux autorités de rétablir la justice dans le secteur d’idiofa. Résultat final, le meurtrier ,croyant pouvoir se cacher dans un village éloigné du Kasaï, a fini par être retrouvé et emprisonné a vie par son crime. Il lui était impossible de s’échapper :non seulement les témoins de Jéhovah sont partout, mais en plus ils sont étroitement unis et coopèrent tous ensemble comme un seul corps contre ceux qui s’en prennent injustement à eux. Récidive à Mukoso secteur parallèlement à tout cela ,toujours dans l’ex -bandundu, un autre témoin de Jéhovah M. MUZUNDI MUZENGA Dem est menacé de mort par ses neveux. Ils l’accusent arbitrairement de sorcellerie et veulent le forcer à consulter une médium pour être soi-disant ‘exorcisé’ .

M. MUZUNDI MUZENGA n’a en fait rien d’un sorcier. Il est un paisible résident du territoire de feshi dans la province du kwango, honnête père de famille, qui essaie a plusieurs reprises de faire la paix avec les quelques membres de sa famille fanatisés par des croyances spirites. Seulement voilà :leur haine va jusqu’à le faire arrêter et enfermer afin de l’amener de force chez un médium, en dépit de ses supplications et de sa conscience guidée par la bible. L’affaire prend des proportions improbables, lorsque ses inciviques réunissent des jeunes dès oeuvrés et commencent à marcher en foule devient ingérable et s’en prend même a leur lieu de culte local. C’est une atteinte flagrante a la liberté de culte. Là encore, le siège national des témoins de Jéhovah de Kinshasa intervient énergiquement et ,en étroite collaboration avec les autorités locales de kenge ,amènent l’affaire devant les tribunaux. Le jugement RPA 190 condamnera 2 prévenus à l’emprisonnement :le premier pour 6 mois et le second pour 12 mois ,sans compter les dommages et intérêts qu’ils devront payer.

Est-ce la fin de l’impunité ?
L’intolérance religieuse ne date pas d’aujourd’hui. Les témoins de Jéhovah eux-mêmes en sont souvent victimes. Après tout, le christ aussi a été assassiné par les chefs religieux de son époque. En son temps, Hitler avait mené une farouche campagne d’extermination contre les témoins de Jéhovah. Encore aujourd’hui, les cas d’intolérance existent malheureusement toujours dans certaines endroits du monde , dont la R.D.Congo. mais s’en prendre aux témoins de Jéhovah peut maintenant être lourd de conséquences. En effet, que ce soit au kwilu, dans le Kwango ou dans le Maï-Ndombe, chaque attaque contre cette religion officiellement enregistrée en RDC, est suivie scrupuleusement et les moyens sont même mis en oeuvre sur le plan national et international afin de punir ceux qui osent braver Dieu et les libertés constitutionnellesde la République Démocratique du Congo. Il en est de même pour tous ces adeptes du mouvement kimbilikiti qui s’en sont pris violemment et à plusieurs reprises à d’innocents natifs, sous prétexte qu’ils sont témoins de Jéhovah, que ce soit au Maniema ou dans le Sud-Kivu. Plusieurs officiers de police, chefs de village et de secteur, procureurs et jugés se réjouissent de savoir que les témoins de Jéhovah font suite à ces attaques. C’est le début d’une justice enfin rendue contre toute atteinte aux droits fondamentaux d’un être humain, quelle que soit sa religion, sa tribu ou ses croyances. Espérons que les cas KINGELEJI MUKOSO Gilbert et MUZUNDI MUZENGA Dem fassent jurisprudence auprès des inciviques, et rappellent à tous que nul ne peut échapper à la justice car, comme le dit le livre sacré , même ceux qui pensent pouvoir fuir la justice des hommes, finiront par devoir rendre des comptes devant Dieu. -Romains 14:10-12.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *