« Les élections locales ne seront pas organisées cette année en cours ni dans l’année prochaine » selon Norbert Basengezi Katintima !

ACTUALITÉ POLITIQUE

L’ancien Vice-Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) croit qu’il est pratiquement impossible d’organiser les élections locales au cours de l’année 2020 ni dans la prochaine année. En tant que technicien des élections, il fixe rendez-vous en 2023 pour toutes les élections.

 “En 2023, un homme intelligent devrait se préparer déjà parce que cette fois-ci il n’y aura pas 3 mais 4 élections. On doutait de 3 avec les machines à voter. Est-ce que ce sera encore perdre 420 millions de dollars pour seulement les locales? Non. Un bon jour, le Président Tshisekedi m’a posé cette question et je lui ait dit que 420 millions de dollars c’est 420 Kilomètres de routes asphaltées. Faites un choix entre ça et les bruits des élections. Moi je crois que vous pouvez organiser ça en un seul tour, ce qu’on appelle l’élection combinée une seule fois. Je répond à ceux là qui parlent des élections locales.

Devant plusieurs centaines d’acteurs sociaux et politiques réunis dans la salle Kaningu de Bukavu, Norbert Basengezi Katintima note plusieurs difficultés qui ne permettent pas de respecter cette étape du processus électoral. C’est entre autre le défi du renouvellement du fichier électoral.
“Je fais la promotion du recensement général”

“C’est difficile d’en organiser parce que les enfants qui avaient 18 ans en 2017 plus trois ans maintenant. Allons-nous laissé ceux qui avaient 14 ans? 14 ans +3 ans. En 2020, ceux qui en avaient 17 en 2016, ont aussi droit au vote. Il faut reprendre l’enrôlement et ça signifie qu’on va encore glissé en reprenant cet enrôlement. Je fais la promotion du recensement général parce que quand il y a recensement général, on perd le même montant mais on a le fichier général de la population. Si le recensement est là, on saura le nombre des morts, les naissances et ceux qui ont l’âge majeur. Sassou Nguesso allait organiser les élections en Août, mais les a organisées en Mars parce qu’il y a recensement mais nous, depuis 1984 on n’a jamais organisé de recensement et c’est pourquoi on fait des cartes d’électeurs au lieu des cartes d’identité. Je vais pas vous tromper qu’il y aura élection locale maintenant mais je reconfirme que cette élection est essentielle pour qu’il y ait des projets de société” insiste NBK.

“Celui qui vous dit qu’il peut y avoir élection locale en 2020 vous ment”

“Comme technicien des élections, je ne vais tromper personne parce que pour le déploiement, on avait 98.000 villages et vous devez mettre un bureau dans chaque village. Pourtant, on les a mis dans 75.000 avec 650.000 agents. Maintenant pour 738 chefferies et secteurs alors qu’on avait seulement 145 territoires, 24 communes de Kinshasa et 33 villes; donc 181 circonscriptions électorales. Voyez-vous ce que ça donne? Maintenant avec 738 circonscriptions, 330 communes, ce n’est pas facile. C’est juste pour plaire la bouche. Celui qui vous dit qu’il peut y avoir élection locale en 2020 vous ment. Même en 2021 il y aura un problème de fichier électoral qui n’est pas prêt. Donc, si on n’a pas commencé en février maintenant 2020 en ajoutant les 16 mois, on sera vers septembre 2021 pour organiser ces élections en 2022. L’élection locale n’est pas possible au cours de ces années. Il faut juste continuer à sensibiliser sur l’importance de ces élections” a-t-il dit.
Il a évoqué plusieurs autres défis pour arriver à ces élections. Il s’agit des défis sécuritaires, finances mais aussi le mandat de la CENI.
“Le mandat de la CENI est terminé. Est-ce que c’est la même CENI qui va organiser les élections? Si non ce sera des glissements sur glissements” a ironisé Katintima.

MEDIA CONGO PRESS / Prunelle RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *