Breaking News

Les différents regroupement des jeunes de 26 provinces apportent leurs soutiens indéfectibles à Francine Muyumba pour sa réélection à la tête de l’UPJ

Plus de 30 déclarations et messages de réconfort et de soutien des jeunes des 26 provinces réunis au sein du Conseil National de la jeunesse première structure des jeunes reconnue au pays et qui a le droit au vote à l’UPJ, et des Conseils Provinciaux, des territoires, districts, communes et cités ainsi que ceux du Parlement des jeunes de la République Démocratique du Congo parviennent depuis deux semaines à notre rédaction notamment pour les provinces de la Tshopo, du Kasaï, Kasaï Oriental, du Sankuru,
Lualaba, Kasaï Central, Lomami, Kongo Central, Kuilu, Bas-Uele, Haut Lomami, Haut-Uele, Ituri, Kwango, Mai-Ndombe, Maniema, Équateur, Nord-Ubangi, Tshupa, Tanganyika, Haut Katanga, Mongala, Nord-Kivu, Sud-Kivu, et la capitale Kinshasa. Tous regrettent le communiqué de la Commission de l’Union Africaine.

Ils réaffirment par ailleurs, leur engagement d’accompagner les programmes et projets d’actions du Comité Exécutif UPJ sous la coordination de leur consœur et présidente en exercice Francine Furaha MUYUMBA.

Dans l’ensemble, les déclarations et messages des jeunes reprennent les paragraphes ci-dessous : (condensé)

Nous, jeunes de toute tendance confondue, réunis au sein du [ Forum Provincial de la Jeunesse, du Parlement des jeunes, du Conseil National de la jeunesse, les Conseils Provinciaux de la Jeunesse, des Conseils Communaux, des districts et territoriaux ] avons appris avec regret les allégations contenues dans le communiqué de la Commission de l’Union Africaine rendu public en date du 19 janvier 2018 à la suite des élections du nouveau comité de l’Union Panafricaine de la Jeunesse, affirmant ainsi la rupture de collaboration entre elle et le comité élu de l’UPJ sur la base de deux prétextes suivants :

Primo : la commission de l’UA évoque la non atteinte du quorum requis pour le vote au sein de l’UPJ.

Secundo : elle soulève tout de même les irrégularités dans le processus de vote proprement dit du comité élu.

A ce sujet, après avoir passé une analyse minutieuse des faits allégués ci-haut, ainsi que les instruments juridiques en vigueur régissant l’UPJ, déclarons ce qui suit :

1. La commission de l’UA qui a évoqué la non atteinte du quorum requis pour le vote du comité de l’UPJ n’a aucune preuve ni raison fondamentale car, étant donné que sur l’ensemble de plus ou moins 45 États membres effectifs au sein de l’UPJ, 32 ont été présents et ont pris part active à ce vote.
Ce qui atteste que le quorum requis de deux tiers à été largement atteint conformément à l’esprit et à la lettre des textes juridiques en la matière.

2. La prétendue irrégularité soutenue par la CUA dans le processus de vote, ne tient pas, malheureusement debout du fait que les textes juridiques en vigueur régissant les élections au sein de l’UPJ prévoient deux modes de vote à savoir :
– le vote à main levée et
– le vote par consensus. Et
pourtant dans le cas d’espèce, il s’est agit du vote à main levée dont les images brutes peuvent en témoigner d’avantage et, ce qui du reste, traduit sans équivoque une transparence qui rend difficile si pas impossible, toute manœuvre frauduleuse ou de trucage.

Il sied de rappeler par ailleurs que conformément à l’esprit de tous les documents juridiques régissant le fonctionnement de l’UPJ, les élections sont organisées par une Commission Électorale tout aussi neutre et indépendante du comité sortant et ne peut souffrir d’aucune influence quelconque de toute part.

Eu égard à ce qui précède, nous, jeunes de toute tendance issus de toutes les structures fiables de la RDC réunis au sein des Forums ci-haut evoqués à travers le pays dénonçons et condamnons avec la toute dernière énergie, cette manoeuvre que nous jugeons dilatoires, orchestrée par certains membres frustrés de la Commission de l’UA suite aux décisions des urnes, cherchant à remettre en cause cette élection.

En suite, réitèrons et soutenons avec fermeté Madame Francine Furaha MUYUMBA, réélue Présidente de cette grande institution de la jeunesse africaine, avec l’ensemble de tous les membres de son comité, pour la valeur et le prestige de la jeunesse de l’Afrique en général et celle de la République Démocratique du Congo en particulier.

Demandons enfin, à la Commission de l’Union Africaine de reconsidérer sa position et revenir au bon sentiment, pour l’unité, le bien être, le développement intégral et la promotion.

Pour les Jeunes de la RDC.

C. Ngalula

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *