Breaking News

L’armée ougandaise mène des frappes contre les «ADF» en RDC

L’armée ougandaise annonce dans un communiqué avoir mené des opérations militaires contre des bases « ADF » en RDC ce vendredi 22 décembre. Elle accuse les « rebelles ougandais », qu’elle qualifie de « terroristes islamistes », d’être responsables de la mort des casques bleus tanzaniens le 7 décembre sur la base Monusco de Sémiliki et d’être en train de planifier des actions sur le territoire ougandais.

Les premières frappes ont été signalées en début d’après-midi. Des sources militaires évoquent des tirs venant de l’autre côté de la frontière côté ougandais et des frappes aériennes menées par hélicoptères. L’armée ougandaise confirme avoir utilisé des moyens aériens et de l’artillerie longue portée, mais assure qu’aucune troupe au sol n’a été déployée en RDC. Pour justifier ces frappes « préventives », Kampala explique avoir reçu des informations selon lesquelles les ADF seraient en train de préparer une attaque sur son sol.

L’Ouganda assure que tout cela a été décidé en concertation avec Kinshasa. Il est vrai que les états-majors des deux pays se sont rencontrés la semaine dernière suite à l’attaque de Sémiliki, pour préparer des actions coordonnées.

Problème, côté congolais, on assure que les frappes de vendredi n’étaient pas prévues. « Un plan concerté était sur la table, mais les Ougandais ne l’ont pas respecté », assure un haut gardé de l’armée congolaise. « Il n’était pas prévu que cela débute aujourd’hui (vendredi) », explique cette source pour qui la « précipitation » de l’armée ougandaise constitue un « incident très grave » qui « remet en cause le plan initialement discuté ».

L’Ouganda n’a pas communiqué sur son bilan ou une éventuelle suite à ses opérations. Quant à la Monusco, censée appuyer l’armée congolaise dans sa lutte contre les ADF, elle n’a pas été associée aux discussions entre l’Ouganda et la RDC et dit être en train de « rassembler des informations » auprès de ses « partenaires ».

En attendant, le bilan de l’attaque de Sémiliki s’alourdit ; la Monusco annonce qu’un 15e casque bleu tanzanien a succombé à ses blessures à Kampala. Un autre est toujours porté disparu.

Rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *