INFRASTRUCTURES: L’amélioration du social et le relèvement de l’économie du Tanganyka au centre des préoccupations du Gouvernement.

ACTUALITÉ National

Dans ce siècle présent,le développement des infrastructures des transports sont un élément clef pour le relèvement de l’économie d’une contrée avec effet immédiat sur la social car là où la route passe, le développement suit dit-on.

La République Démocratique du Congo pays continent a besoin d’un engagement solide et des gros financements pour engager des grands travaux afin de relier ses 26 provinces entre elles mais aussi de moderniser la voirie des grandes villes pour chasser le désenclavement et donner place à une fréquentation, activité créatrice des richesses à travers le commerce des biens de premières nécessités. Au Tanganyka, après le démembrement tel que voulu par le législateur,des travaux de grande envergure sont en cours notamment pour relier cette dernière au haut katanga, travaux dont la réalisation a atteint l’étape de Mituaba. A côté de ces réalisations se trouve celle de la voirie de Manono qui avancent à pas de géant avec des voies d’évacuation des eaux de pluie afin de protéger les infrastructures construites.

Ces travaux viennent résoudre une grande difficulté d’approvisionnement qu’à connu Manono qui recevait environ 2 à 3 camions par mois(il y a 10 ans) avec comme conséquence économique,la hausse des prix des produits sur le marché local.Une fois les travaux de la route qui relie la province à sa voisine Haut Katangaise finis,la fréquentation qui à ce jour a évoluée jusqu’à 12 camions le mois passera à 35 au minimum en l’espace de 30 jours ce qui produira une ouverture économique de ce coin du pays qui vois déjà des messageries financières et des banques s’installer.

La volonté du Président de la République,Son Excellence Joseph KABILA KABANGE qui se traduit à travers le programme du Gouvernement est de voir Manono et ses environs atteindre le niveau des grandes villes dans les 10 prochaines années.

Cette province riche dans son sous sol connaîtra un boom économique dans les années à venir une fois que les entreprises minières passeront de l’exploration à l’exploitation.

La situation socio-économique actuelle donne à la jeunesse la possibilité de se faire former en vue des futurs besoin de la main d’oeuvre grandissant que connaîtra le Tanganyka.

Cette volonté politique du Chef de l’état est saluée par l’électorat de l’honorable Zoé KABILA MWANZAMBALA qui porte cette contrée sur toutes les tables des membres du gouvernement afin de plaider pour que Manono en particulier et le Tanganyka en général ne soient pas dans les oubliettes du pouvoir publique.

Yves ABDALLAH-MAKANGA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *