Elections en Afrique et interférence Russe: qui est DAVYDOV Mikhail Alexandrovich ? (Investigations)

ACTUALITÉ Diplomatie

DURBAN, 19 Novembre MNCTV – -; Au cours de dernières années, l’homme d’affaires russe Mikhail Aleksandrovich Davydov (né le 25 décembre 1967), passeport russe no 654421918, date d’expiration du 22 juin, aurait été impliqué dans l’évasion des sanctions pour le gouvernement russe et d’autres actions telles que l’ingérence politique, notamment en Extrême-Orient et en Afrique.

Davydov est conseiller du vice-président du Conseil de la Fédération de Russie (la chambre haute du parlement russe), Ilyas Umakhanov. La partenaire de Davydov, Anzelikha Pavlovna Butayeva / Butaeva, née le 7 avril 1977, passeport russe no 752260357, expirant le 9 septembre…, travaille également en étroite collaboration avec Umakhanov. Bien que le «travail» de Davydov se soit récemment concentré sur l’Asie, il maintient des liens avec l’Europe, et vivant peut-être à Vienne.

La couverture médiatique a révélé que Davydov aurait un lien avec le chef de l’opposition Prabowo Subianto en Indonésie et aurait été impliqué dans l’ingérence de la Russie lors des élections présidentielles indonésiennes de 2019.

https://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude32.pdf

Outre ses liens indonésiens et européens, Davydov est de plus en plus impliqué dans des activités en Afrique. Davydov a lui-même été associé à des personnalités politiques maliennes et a eu des entretiens avec des contacts africains à Paris. Il aurait également voyagé dans plus de 20 pays africains. Le degré de rélation et de collaboration Davydov en coordination avec l’homme d’affaires et l’acteur d’influence lié au Kremlin, Yevgeniy Prigozhin, n’est pas connu pour le moment.

Le CV officiel de Davydov comprend les postes actuels de fondateur et de dirigeant d’une organisation dénommée NP Russkiy dom v Parizhe (Maison russe à Paris), ainsi que de vice-président des affaires internationales de l’Union russe des producteurs de grains. Le dernier organisme a une représentation au 49 rue de la Faisanderie à Paris. Lors d’un événement à Moscou le 27 juillet 2019, Davydov a été présenté en tant que «conseiller principal au gouvernement Russe».

Depuis 1999, il est vice-président, président de la Commission sur les pays africains d’ONG – Coopération et solidarité entre les peuples asiatiques et africains – Comité de solidarité et de coopération (créé en 1955), l’organisation est membre associé des Nations Unies, membre de l’UNESCO. Il est fort possible que cette position lui facilite l’accès auprès de certains gouvernements africains.

Dans un article d’opinion publié au nom de Davydov dans une publication française en ligne en 2015, il a été avancé que les familles d’extrémistes musulmans d’Afrique et du Moyen-Orient vivant en Europe devraient voir leur citoyenneté européenne révoquée et leurs biens confisqués.

Le journal britannique « The Guardian », en avril, faisant référence à la divulgation de documents, décrivait l’ingérence de la Russie en Afrique et plus particulièrement dans 13 États du continent. Selon les assurances du Guardian, les Russes misent sur «leur propre» politique: ils participent à la fourniture d’armes aux forces des groupes armés qui leur sont subordonnés et préparent une nouvelle génération de dirigeants, ainsi que forment leurs secrets agents.

Leur objectif, entre autres, est de garantir le meilleur accès possible à l’extraction de matières premières rares, de produits de base stratégiques et de sources d’énergie. À l’échelle mondiale, il s’agit d’une tentative de créer un réseau d’alliés fidèles. Cependant, cela se produit souvent au prix de la corruption, des tentatives de manipulation des élections et de la violation des lois.

La situation en Afrique aujourd’hui est un peu plus transparente. «Le Guardian a indiqué que les opérations d’influence russe étaient à plusieurs reprises coordonnées par l’entrepreneur Eugène Prigozhin, un homme proche du président russe. En Russie, il serait à l’origine d’une soi-disant «ferme à la traîne», située à Saint-Pétersbourg, à partir de laquelle la Russie diffuse de la désinformation contre ses cibles.

La Russie a signé des accords de coopération militaire avec au moins 28 pays africains, dont la majorité au cours des cinq dernières années. Les autorités ont discuté de la possibilité pour les avions et les navires de la marine russe d’utiliser les ports et les bases aériennes dans certains pays africains.

La Russie joue une partition bien connue: « Nous seuls sommes en mesure d’apporter une solution sécuritaire aux pouvoirs en place contre les oppositions armées (ou terroristes), tandis que les Occidentaux ne font que déstabiliser la situation (Irak, Libye). Un air qui plaît à un nombre croissant d’hommes d’Etat, frappés par les destins opposés de Bachar el-Assad et de Mouammar Kadhafi », disent certaines indiscrétions. 

FRANCINE KAPINGA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *