Beni : Les terroristes ADF-Nalu continuent de massacrer les civils !

SOCIÉTÉ

La Ville de BENI a encore été endeuillée du fait d’une nouvelle incursion des islamistes ADF/MTM.
En effet, ces Terroriste ont investi le Quartier RWANGOMA en Commune BEU, aux environs de 20h30 la nuit de vendredi 13 décembre 2019. Dans la Cellule KITAHOMBA, sur avenue KILEMBO, ces Jihadhistes ont massacré 6 civils dont 3 femmes.

A en croire certaines sources qui se sont confiées au CEPADHO, un tract attribué aux ADF/MTM a été découvert la veille dans le même Quartier, en Cellule voisine de KASANGA, annonçant un probable massacre la nuit de vendredi 13 décembre. Ce qui semblait rumeur s’est alors concrétisé.

Ajouté aux victimes du carnage perpétré par les ADF la nuit de jeudi 12 décembre courant à MATOLU, Chefferie des WATALINGA (en Territoire de BENI), le massacre commis ce vendredi 13 à RWANGOMA (Ville de BENI) porte à 176 le nombre des civils tués par les Terroristes islamistes des ADF, en représailles aux offensives de grande envergure lancées contre eux par les FARDC depuis le 30 octobre 2019.

Quoi qu’il en soit, notre Organisation note les efforts consentis de plus à plus par l’Armée et la Police pour tenter de parer aux attaques des ADF contre les civils dans l’espace dit Triangle de la mort.

En fin, le CEPADHO salue l’attention toute particulière accordée par le Chef de l’Etat sur la problématique sécuritaire, en l’occurrence sur la question préoccupante des Terroristes ADF, ainsi qu’il en a témoigné dans son discours sur l’Etat de la Nation prononcé devant le Congrès ce vendredi 13 décembre 2019.

Notre Structure considère que le récent massacre de RWANGOMA est un défi lancé par les ADF au discours du Président de la République, SE Félix-Antoine TSHISEKEDI. Elle invite la population de BENI à ne pas tomber dans le jeu de l’ennemi, en cédant à l’organisation des manifestations violentes dans la ville pour y paralyser les activités.

Le CEPADHO espère par ailleurs qu’au vu de l’ampleur de la menace terroriste dans la région couplée à la persistance de la maladie à virus Ebola, toutes les Institutions de la République mobiliseront la nation toute entière et l’ensemble du monde à une synergie d’efforts afin de mettre terme à cette tragédie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *