Breaking News

Au sujet de l’immutabilité constitutionnelle : Jean-Cyrus Mirindi remonte les bretelles à Jacques Ndjoli

Depuis quelques temps, Jean-Cyrus Mirindi , cadre du PPRD a alimenté le débat sur la possibilité de donner à Joseph Kabila un nouveau mandat car selon lui , le régime juridique du nombre de mandat présidentiel est posé à l’article 71. Ce dernier, produit le mandat lui-même et en même temps son comptage, son nombre et sa durée, du reste totalement verrouillé par l’article 220.

En ce qui concerne, « le nombre et la durée des mandats du président de la république», conformément à la règle de l’immutabilité constitutionnelle. Je me rends bien compte que le Professeur, NDJOLI doit refaire ses études en tout cas, il doit d’urgence se faire soigner. Car, il est fort possible qu’il souffre peut être de la maladie d’Alzheimer constitutionnelle.

A en croire jean-Cyrus MIRINDI relève le faites : qu’Il faut en tout cas souffrir de la maladie d’Alzheimer constitutionnelle, une maladie qu’on retrouve souvent chez « les vieillards scientifiques », due entre autres au vieillissement des neurones…pour ne pas comprendre que le nombre et la durée du mandat présidentiel sont posés par l’article 71 qui est son régime juridique de droit. Les principes sont énoncés bel et bien à l’article 70 dont son prolongement, son extension se trouve à l’article 71 qui est l’unique, le seul incontestable et incontournable régime de droit, de matérialisation, de production du nombre de mandat présidentiel. Le régime de droit ayant changé, Le compteur est remis à zéro et donne droit à un nouveau comptage qui renseigne que l’actuel chef de l’état a fait déjà un mandat présidentiel. Et lui reste un deuxième et dernier mandat présidentiel à consommer s’il le désire à sa guise le 23 décembre 2018. Voilà la vérité constitutionnelle de la RDC… », Dixit MIRINDI.

Ce dernier souligne qu’il est important de rappeler à la mémoire de la collectivité, qu’il y a eu fraude à la constitution par la révision constitutionnelle du 20 janvier. Parce qu’on ne devrait jamais toucher l’article 71 qui est le régime de droit du nombre ainsi que de la durée des mandats du président de la république du reste protégé et verrouillé par l’article 220 . Les principes sont énoncés par l’article 70 mais sa modalité d’exécution et d’expression est l’article 71 qui est la partie intégrante de l’article 70 donc son prolongement et son extension par relation matérielle», a encore dit MIRINDI.

BNC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *